Accueil du site > MARSEILLE ET SA REGION > TROISIEME > MARSEILLE et la 1ère Guerre Mondiale

MARSEILLE et la 1ère Guerre Mondiale

samedi 6 novembre 2010, par Rozenn Bernier

Marseille et la région sont à priori éloignées des lignes de front lors de la première Guerre Mondiale. Et pourtant, elles vont jouer un rôle important lors de ce conflit. En effet, le port de Marseille et la ville vont servir de zone de transit pour les soldats des colonies mais aussi pour la main-d’œuvre étrangère. La plupart des arrivants ne restera que très peu de temps en ville : ils sont cantonnés à la Vieille-Charité, caserne depuis la fin du XIXème siècle ou bien au Parc Chanot. Les soldats issus des colonies seront ensuite envoyés dans des camps de la région : les tirailleurs sénégalais, malgaches ou indochinois vers la région de Fréjus ou Saint-Raphaël ; les tirailleurs marocains et tunisiens vers Arles et les tirailleurs algériens vers Aix-en-Provence. On parle alors de "camps de l’arrière".

Quelques dates :

- août-septembre 1914 : Débarquement de bataillons nord-africains
- septembre-octobre 1914 : Arrivée de divisions hindoues (Empire des Indes)
- août 1916 : Arrivée de la main-d’œuvre venue de Chine.

Quelques monuments marseillais  :

  • LE MONUMENT AUX MORTS DE L’ARMÉE D’ORIENT (sur la corniche Kennedy)

JPEGJPEGJPEGJPEG

La ville de Marseille a fait ériger ce monument, inauguré en 1927, en l’honneur des coloniaux morts pour la France. A noter que la basilique du Sacré-cœur (avenue du Prado) sert de mémorial de la première Guerre Mondiale.

  • LE CIMETIÈRE MUNICIPAL DE MAZARGUES :

JPEGJPEGJPEG

  • LE CIMETIÈRE MILITAIRE DE MAZARGUES :

JPEGJPEGJPEGJPEG Voici quelques extraits du texte se trouvant à l’entrée du cimetière du Commonwealth.

"Marseille était un port de transit important pour les troupes venant de l’Inde, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l’Afrique du Sud, une base navale et la base principale du Corps Expéditionnaire Indien en France. Ce cimetière contient les tombes de soldats, marins et aviateurs de la Première guerre Mondiale dont 279 Britanniques, 14 Australiens, 3 Néo-Zélandais, 3 Sud-Africains, 795 Indiens et 188 des Indes Occidentales Britanniques. Les panneaux dans le cimetière commémorent en plus les noms de 207 soldats indiens inhumés ailleurs.

Le cimetière contient aussi 294 tombes de la deuxième Guerre Mondiale où sont enterrés 206 Britanniques, 44 canadiens, 7 Australiens, 3 Néo-Zélandais, 7 Sud-Africains, 1 Indien et 4 Polonais. Elles comprennent par forces 20 de la Marine, 110 de l’Armée, 135 de l’Aviation et 6 de la Marine Marchande. Il y a aussi 1 civil de l’Amirauté. [...]

Presque 750000 soldats, marins et aviateurs du Commonwealth perdirent la vie sur le Front Occidental – 200000 en Belgique et plus de 500000 en France. Leur mémoire est commémorée par des stèles marquant leur tombe dans 1000 cimetières militaires et 2000 cimetières civils, ou par un des six monuments en Belgique et 20 en France qui portent les noms de plus de 300000 d’entre eux qui n’ont pas de tombe connue."

Voici quelques stèles du cimetière : JPEGJPEGJPEGJPEGJPEG

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0